domingo, 24 de junio de 2012

Le temps qui sans repos, va d'un pas si léger......

La jeunesse n'est pas une période de la vie,
Elle est un état d'esprit, un effet de la volonté,
Une qualité de l'imagination, une intensité émotive,
Une victoire du courage sur la timidité, du goût de l'aventure sur l'amour du confort.
On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années.
On devient vieux parce qu'on a déserté son idéal.
Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l'âme.
Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui,
Lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.
Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille.
Il demande, comme l'enfant insatiable : et après ?
Il défie les événements et trouve de la joie au jeu de la vie.
Vous êtes aussi jeune que votre foi.
Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
Aussi jeune que votre espoir,
Aussi vieux que votre abattement.
Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif,
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand,
Réceptif aux messages de la nature, de l'homme et de l'infini.
Si un jour, votre cœur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme,
Puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard..............

Général Douglas MacArthur - 1945



La mort n'est qu'un passage inéluctable.
Je l'ai emprunté.
Je suis maintenant ma route en toute sérénité.

Je suis resté moi-même,
l'être que vous avez connu.
Pourquoi pleurer, je n'ai pas changé !

Appelez moi toujours comme vous le faisiez avant
Je vous entendrai
Je continue de vous aimer.

Il faut reprendre le cours de votre vie.
Ne pas être triste
Le fil ne sera jamais coupé

J'ai pris une route différente
Je ne suis pas loin, juste à côté
Je fais partie de vos pensées.

Je vous demande de prier, d'enlever ce voile gris
Je suis en pleine lumière
Je suis sur que vous m'apercevez.............





Nous rêvons de lendemains
Qui ne viennent jamais
Nous rêvons d'une gloire
Dont nous ne voulons pas
Nous rêvons d'un jour nouveau
Quand ce jour est déjà là
Nous fuyons une bataille que nous devrions livrer
Et pourtant nous dormons
Nous attendons l'appel
Sans jamais le devancer
Nous fondons nos espoirs sur l'avenir
Quand l'avenir n'est que vains projets
Nous rêvons d'une sagesse
A laquelle nous nous dérobons chaque jour
Nous appelons de nos prières un sauveur
Quand le salut est entre nos mains
Et pourtant nous dormons
Et pourtant nous dormons
Et pourtant nous prions
Et pourtant nous avons peur........

Extrait du film « Le cercle des poètes disparus »
« The Dead Poets Society »



Tu renaîtras en moi,
Fidèle à cette image que tu inventas...
Je te volerai ta vérité profonde,
Pour que tu puisses enfin m'enlacer sans honte...
Tu t'abandonneras enfin à moi,
Et tu nous blottiras dans nos bras...
Moi, dont l'amour te faisait si peur,
Je te bercerai jusqu'à l'aurore de la nuit...
Consentants et baignés de crépuscules,
Nous deviendrons un seul être immatériel...
Et au cœur d'un halo aux mille reflets,
Nous rejoindrons la mer, celle de la tranquillité...
Un jour peut-être tu liras ces mots,
Qui sont les seuls témoins du dédale de nos drames.
Alors je braverai la colère des dieux,
Et je te retrouverai, quitte à en rejoindre les cieux...
Toi ma plus grande douleur,
Nous nous retrouverons, bien avant la dernière heure...
Toi, mon amour, ma torture...
On ne se quittera plus, oui, je te le jure...
A T...
Poésie affichée sur la Croix de Colomban (près de Thônes - 1691m)




Dans notre prochaine existence,
nous nous garderons bien d'être humains,
nous serons deux oies sauvages,
volant bien haut dans le ciel,
les neiges aveuglantes,
les mers et les eaux,
les monts et les nuages,
les poussières rouges du monde,
de loin nous les regarderons
comme si nous n'étions jamais tombés.
N'Guyen-Khac-Hieu
(poète vietnamien)


No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

Nota: solo los miembros de este blog pueden publicar comentarios.